pourquoi et comment ne plus être perfectionniste

Je vais parler de la recherche de la perfection, plutôt dans le travail, même si ça me parait applicable à tous les domaines de sa vie..
Jeune, je croyais que mon perfectionnisme était mon allié. Il me permettait dans le travail de me démarquer. C’était certainement vrai.
Mais les choses changent.
Ces dernières années j’ai fait la découverte inverse : j’ai fini par comprendre qu’il était mon pire ennemi et que je devais m’en débarrasser pour survivre en entreprise.
J’ai vu ses dégâts sur certains collaborateurs atteints de ce que j’ose appeler aujourd’hui une tare. Leurs difficultés à s’adapter à leur environnement jour après jour.

Pour moi le perfectionnisme est du même ordre que le présentéisme en entreprise. Il est à la mode et bien vu, jusqu’au jour où on comprend qu’il sert moins qu’il ne dessert, alors il devient dépassé.

Et se débarrasser du perfectionnisme n’est pas chose aisée.

Les causes du perfectionnisme

  • D’une manière générale, cela proviendrait de l’héritage de nos ancêtres qui éprouvaient le souhait de s’améliorer et ainsi inventaient de meilleurs outils pour assurer leur survie.  Cette thèse est abordée dans un ouvrage de John R. Skoyles, « The Evolutionary Psychology of Perfectionism  » . Cela fait référence au perfectionnisme comme une recherche d’évolution (nécessaire pour survivre, pour vivre mieux) qui amène à l’innovation. Le perfectionnisme dont traite cet article concerne plutôt la tendance excessive à rechercher la perfection.
  • Le terrain familial bien sûr ! La transmission d’un trait de caractère par les parents ou bien une éducation autoritaire ou bien les deux. Nous pensons donner à notre enfant le goût de l’effort et du travail bien fait. Mais nous lui transmettons notre peur de l’échec.

Pourquoi le perfectionnisme est-il un problème ?

Le perfectionnisme crée un décalage

Imaginons être les roues d’une voiture. Des roues de Formule 1. Seulement le reste de l’équipe, les gentes, le moteur, le conducteur ne sont pas du même modèle. Ils sont plutôt Renault 5. L’incompréhension est grande. Nous n’avançons pas à la même vitesse. Nous n’avons pas les mêmes ambitions. Notre niveau d’exigence est différent.

Le perfectionnisme génère de l’insatisfaction

A moins de travailler seul (et encore !), l’entreprise est signe de collaboration. Il faut composer avec les autres. Cela amène le perfectionniste à penser que son entourage n’avance pas comme il faut. Alors qu’il s’agit juste d’une perception différente des choses. Toujours est-il qu’il souffre car les résultats ne sont pas ceux escomptés. Difficile pour lui de déléguer.
Cette insatisfaction va se muer en stress et anxiété.
Le bonheur total n’existe pas. En entreprise encore moins. L’insatisfaction évoquée précédemment vécue de manière quotidienne n’est pas supportable. D’apparence bénignes, le stress et l’anxiété tuent à petit feu.

Le perfectionnisme rend l’action difficile

Il est dit que le perfectionnisme pousse à la procrastination. Admettons que vous soyez entrepreneur. Votre succès réside dans l’action. Mais celle-ci se fait parfois rare parce que vous avez peur d’échouer ou de montrer quelque chose d’imparfait. Vous allez travailler, retravailler cette maquette jusqu’à ce que vous la trouviez parfaite, avant de la présenter. Etre exigent, c’est bien, attendre quelque chose qui n’arrivera jamais, c’est moins bien : qu’est ce que la perfection ? Cela n’est pas un comportement productif.

«Le perfectionnisme peut conduire à une quête compulsive et ininterrompue de buts irréalistes, altérant productivité, efficacité, relations sociales et menant à l’insatisfaction permanente et souvent au burn-out»

Dr Frédéric Fanget

Comment se débarrasser du perfectionnisme ?

Prendre conscience de son travers

Quatre signes qui peuvent vous mettre sur la voie ;

  • Une tendance à juger, négativement, soi même et les autres. La personne souffrant de son perfectionnisme se l’inflige d’abord à elle même.
  • Une envie de plaire qui remonte l’enfance. Il se peut que l’entourage ait encouragé l’enfant à réussir, il se peut qu’il réussisse naturellement, bref la réussite deviendra le leitmotiv du futur perfectionniste.
  • Du mal à supporter l’erreur, d’ailleurs peu de chance que le perfectionniste en fasse.
  • Les symptômes décrits ci-dessus : insatisfaction permanente, impression d’un décalage avec les autres, stress et anxiété, surtout face à l’échec.

Baisser son seuil d’exigence

Au final tout tourne autour de notre capacité d’adaptation

Quand nous nous rendons compte que notre comportement n’est pas adapté à notre environnement.

Lâcher prise

Lâcher prise ; dans le sens d’être moins exigeant, si la perfection n’est pas atteinte ce n’est pas grave, parce que ça n’est pas la norme autour de nous.
Il se peut que le perfectionnisme soit pathologique (toute imperfection est inacceptable) alors un changement s’impose.

Et si le problème ne venait pas de vous ?

Avant de remettre son mode de fonctionnement en question, cela vaudrait la peine de bien se demander :
– Suis-je vraiment trop perfectionniste ?
– Est-ce vraiment une pathologie (un trouble qui me dérange dans mon quotidien) ?
Ou bien
– Est-ce que je me trouve au mauvais endroit ?

Parfois, nous ne sommes pas dans la bonne entreprise et il se peut qu’il faille simplement changer d’environnement :nous sommes peut-être simplement exigeant et c’est la culture d’entreprise qui ne convient pas ; en intégrer une pour qui le seuil d’exigence sera plus élevé conviendra mieux.

Et vous ? Pensez-vous être perfectionniste ? En connaissez-vous ? Quelle est votre expérience ?

Pour aller plus loin :
Lien vers le livre du Dr Frédéric Fanget traitant du sujet ,  » Toujours Mieux !  »

Une réflexion au sujet de « pourquoi et comment ne plus être perfectionniste »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s