Le yoga et la méditation | reconnexion à soi

Voici le texte dans sa globalité écrit par Béatrice, déesse de la transformation par le yoga (c’est nous qui la nommons ainsi, pas elle-même 😁) dont un extrait est paru dans le cahier spécial Changement sorti en juillet (pour se le procurer, il suffit de nous le demander en nous contactant ou de s’abonner au blog).


Le yoga et la méditation permettent, en travaillant simultanément sur le corps physique et le mental, de dissoudre la notion d’Ego, source de nos souffrances et potentiels blocages. En effet, l’Ego construit et nourrit son identité dans le regard extérieur.
A l’inverse de l’Ego, le yoga et la méditation nous amènent dans une introspection profonde pour se nourrir  » de l’intérieur « .

TRansformation et yoga

En sanskrit, Yoga signifie UNION (du corps, de l’esprit et de l’âme) mais aussi SéPARATION (du Soi et du Non-Soi)

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le yoga n’est pas un sport en ceci qu’il n’exige pas de résultat, ni de performance ou d’objectif à atteindre. 

Le yoga est un chemin vers la connaissance et l’amour de soi et nous amène donc à travailler sur :

  • le respect de ses limites et l’envie de les dépasser
  • l’acceptation de soi, tel que l’on est
  • le souhait de devenir meilleur, d’améliorer certaines choses en nous
  • l’impermanence de toute chose : tout change  y compris nous-mêmes
  • la capacité à changer ce qui ne nous convient pas ou accepter ce que l’on ne peut changer ; et pour autant de décider de la vivre de manière sereine, voire positive (voir dans ce que l’on considère comme une difficulté, une leçon ou un apprentissage que l’on peut en retirer)

Concrètement :

  • L’attention portée sur les sensations du corps pendant la pratique des asanas (postures), reconnecte l’esprit au corps physique et nous apprend ainsi à reconnaître et à respecter nos limites, nos émotions (qui se traduisent dans le corps par des crispations, des tensions musculaires), pour ensuite avoir envie de les dépasser selon nos capacités personnelles à un instant T, sans forcer au risque de nous blesser (transposable à toute situation de la vie courante). 
  • Dans le même temps, lorsque les postures sont tenues le temps de plusieurs respirations (en général 5 à 10 respirations), l’observation de ses pensées permet de prendre conscience de ses mécanismes  (le mental a tendance à s’agacer, à vouloir abandonner…) puis de travailler notre endurance pour dépasser son envie d’abandonner, sans vouloir forcer si cela ne nous semble pas possible. 
  • La respiration permet de vivre dans l’instant présent, là où les pensées voyagent dans le passé ou le futur, et créent et entretiennent les émotions négatives qui empêchent d’avancer (déception, tristesse, frustration, anxiété, peur…). Je suis concentré sur le présent : je suis ici et maintenant. 

L’alignement et l’équilibre Corps-Mental-Âme renforce la confiance en soi, l’esprit brouillé devient plus clair et augmente notre capacité à analyser avec lucidité : L’inconnu et le changement n’effraie plus, nous avons cultivé suffisamment de force intérieure pour être capable de trouver les solutions à n’importe quelle situation sans créer d’anxiété excessive.

transformation et méditation

La méditation, comme le yoga, permet de réaliser un travail d’introspection :

  • l’observation des pensées compulsives du mental permet de les identifier et donc de les maîtriser,
  • idem pour nos émotions, qu’on apprend à apprivoiser et à accepter telles qu’elles sont sans jugement.
  • Des techniques de visualisations, de respirations, de relaxation profonde permettent d’atteindre plus facilement certaines régions du cerveau (le subconscient, entre autres) pour le «muscler» et le «reprogrammer», qui a toujours tendance à voir plus de négatif que de positif.

Se connaître soi-même tel que nous sommes réellement (dans nos aspects lumineux, comme les plus sombres qu’on a souvent envie d’occulter), et non plus dans ce que nous représentons dans le regard des autres (parents, amis, société etc.). C’est ce qui permet de s’accepter et de s’aimer pleinement.

C’est lorsque nous n’avons plus besoin de validation extérieure (que ce besoin soit conscient ou inconscient), que nous pouvons alors faire des choix (petits ou grands) qui nous correspondent véritablement et que le changement n’est plus perçu comme risqué ou négatif, mais comme un élément nécessaire à notre bien-être. 

En apprenant à écouter notre voix intérieure, à accepter qui l’on est et ce que l’on ressent sans jugement, nous apprenons à explorer nos limites et à les repousser à notre rythme, et donc à se rendre compte que derrière la peur de l’inconnu, il existe des choses merveilleuses à expérimenter si nous osons affronter ce qui nous fait peur, pour réaliser que ces peurs n’étaient pas justifiées.

Lorsque nous cessons de vouloir prouver quoi que ce soit, à qui que ce soit, nous cessons d’écouter notre raison pour écouter notre cœur et notre intuition. Eux-seuls savent réellement ce qui nous rend heureux. Encore faut-il prendre la peine d’écouter ce qu’ils ont à nous dire, dans une société qui rationalise tout, y compris les émotions et les sentiments. C’est alors seulement, que l’on acquiert suffisamment de confiance en nous et en notre intuition que l’on est capable d’accepter le positif et le négatif en toute situation. Le changement devient non seulement possible, mais aussi source de joie car l’inconnu devient alors un terrain d’exploration et d’apprentissage. 

Dans le yoga, comme dans la méditation, tout changement commence par un changement intérieur. 

Pour aller plus loin :

Vous pouvez suivre Béatrice sur Linkedin, en attendant la sortie de son site internet. Elle enseigne le yoga aux particuliers en région parisienne ainsi que des ateliers QVT aux entreprises.